Quelles sont les normes et législations sur l’installation de parquet ?

Comme pour tous travaux de construction, la mise en place d’un parquet est soumise à plusieurs règles tenant en compte divers points tels que la sécurité ou l’isolation. Avant d'arrêter le choix de votre professionnel, assurez-vous qu’il respecte bien les normes en vigueur.

Les normes appliquées

Si vous optez pour l’installation de parquet dans votre maison ou votre appartement, sachez que des normes et des législations sont à connaitre et à respecter avant de se lancer dans les travaux.

Lors de la mise en place du revêtement de sol, vous devez connaitre la norme NF EN 13-756 qui définit les types de parquets. Cette dernière attribue la dénomination de parquet à “tout revêtement de sol en bois ou à base de bois dont la couche d’usure a au moins 2,5 mm d’épaisseur”. Elle répartit également ce type de revêtement en 2 catégories bien distinctes : ceux en bois massif et ceux avec les lames et les panneaux contrecollés.

La première catégorie est réalisée de manière artisanale ou industrielle et peut durer jusqu’à 100 ans. Idéal pour donner un aspect authentique aux locaux, ce type de revêtement nécessite toutefois un grand savoir-faire lors de sa pose. La seconde catégorie, comprenant les lames et les panneaux contrecollés, se réalise en usine. Économique et pratique, ce parquet est facile à poser et donne un charme naturel aux lieux. La norme NF EN 13-756 définit également le type d’essence qui convient à chaque pièce. Ainsi, pour les lieux à faible passage, on opte pour des essences tendres de classe A ou mi-durs (classe B). Les pièces plus ou moins fréquentées seront équipées de parquet de classes A d’une épaisseur supérieure à 4,5 mm ou b avec une épaisseur supérieure à 3,2 mm. Les locaux les plus fréquentés doivent être équipés de bois de classes B et C.

Parqueteur en action.

L'installation de parquet est soumise à des normes précises.

D’autres normes à prendre en compte

Outre la norme NF EN 13-756, d’autres points régissent l’installation de parquet. On peut noter la norme française NF P 92 507 concernant la réaction au feu d’un parquet. Cette dernière les catégorise en M3, combustible et moyennement inflammable, et M4, combustible et facilement inflammable. Lors de l’installation, il faut savoir que les matériaux marqués M3 et M4 conviennent aux logements individuels. Les immeubles de grande hauteur doivent être pour leur part équipés de plancher de type M3.

Concernant la norme sur l’acoustique, c’est la législation NRA (nouvelle réglementation acoustique) qui est en vigueur. Cette règlementation stipule que dans les logements collectifs, le bruit d’impact dû à la chute d’un objet ou d’un choc ne doit pas dépasser les 58 décibels. Le classement UPEC (usage, poinçonnement par le mobilier, tenue à l’eau, tenue aux agents chimiques) tient compte de ces 4 points afin de vous aider à choisir le parquet qui conviendra le mieux à votre maison. La norme européenne EN 685 permet de définir les classes d’utilisation des revêtements de sol selon la pièce où ils seront posés. Les classes 21 à 23 sont réservées aux usages domestiques alors que les classes 31 à 33 sont réservées au commerce. Pour les usages industriels, il faudra choisir les classes 41 à 43.
Revêtement de sol et label

Lors de l’installation du parquet, il est conseillé de choisir la meilleure qualité possible. Pour cela, vous devez opter pour des labels qualité. En matière de revêtement de sol, vous pouvez choisir le FSC (Forest Stewarship Council) qui répond aux règlementations écologiques, économiques et sociales. Si vous souhaitez un revêtement écologique venu d’exploitations forestières gérées durablement, vous pouvez privilégier le label PEFC (Programme for the Endorsement of Forest Certification). Le TFT (Tropical Forest Trust) quant à lui est une garantie de traçabilité du bois utilisé.

A lire également

Quelles assurances et garanties pour le parqueteur ?

Ce site utilise des cookies pour optimiser votre expérience utilisateur.
Plus d'info Accepter